Ouvrage tiré de la collection Le Passé simple.

“Nous abordons ici une question délicate pour les consciences catholiques. Je crois avec Charles Baudouin qu’on doit rattacher au chapitre de l’éducation sexuelle les habitudes solitaires de la puberté. Pour certains parents mal réconciliés avec leur propre sexualité, le problème de la masturbation prime tous les autres problèmes. […] Ainsi Mme Marie Bonaparte, dans la Prophylaxie infantile des névroses, et Mme Françoise Dolto-Marette, dans son Complexe de castration, estiment qu’il faut laisser l’enfant se masturber tout son saoul, que tout cela est normal et que la masturbation, loin d’être nocive, apporte une détente nerveuse salutaire. Les parents catholiques ne sauraient suivre ni Mme Bonaparte ni Mme Dolto-Marette dans cette voie”

Extraits, pages 55-56.

Pour compléter cette lecture…